Menu
LA FIN DE L’HOMME ROUGE

théâtre

LA FIN DE L’HOMME ROUGE

SVETLANA ALEXIEVITCH - EMMANUEL MEIRIEU

Vendredi 15 mars à 20h30

« Des voix fortes pour un texte puissant. » - Le Figaro ; « Un choc théâtral d'une intensité rare. » - Les Echos ; « Courez, bousculez-vous pour aller voir ce spectacle. Il est utile, bouleversant, passionnant. » - L’Humanité.
La presse nationale n'en finit plus de saluer la nouvelle création d'Emmanuel Meirieu que L'arc avait accueilli la saison dernière avec Des hommes en devenir. Dans cette adaptation du roman de l'écrivaine russe, prix Nobel de Littérature 2015, il reprend les paroles authentiques et sensibles de huit personnages qui ont voulu croire que « ceux qui ne sont rien deviendraient tout ».

Une mémoire des orphelins de l’utopie soviétique dans un magnifique écrin de lumière et de musique, servie par des comédiens "tous remarquables. Emmenés par Anouk Grinberg qui, dès les premières secondes, emporte le spectacle à son acmé, Stéphane Balmino, Evelyne Didi, Xavier Gallais, Jérôme Kircher, André Wilms et Maud Wyler nourrissent un à un, grâce à leur jeu puissant, ce haut degré d'intensité qui éblouit, ébranle et essore jusqu'à la dernière goutte. Pris à la gorge, on reste sans voix, le coeur serré, un peu sonné. Ce soir-là, le théâtre a frappé de la plus magistrale des manières." (les Echos)

Le comédien André Wilms est l'un des personnages de La fin de l'homme rouge. Il est l'invité de l'émission de France Culture, Une saison au théâtre.

« L’histoire ne s’intéresse qu’aux faits, les émotions, elles, restent toujours en marge. Ce n’est pas l’usage de les laisser entrer dans l’histoire. Moi, je regarde le monde avec les yeux d’une littéraire et non d’une historienne. » Svetlana Alexievitch ausculte depuis quarante ans le cœur et l’âme de ses compatriotes, passés brutalement du totalitarisme à un vague nihilisme. Elle pose des questions « non sur le socialisme, mais sur l’amour, la jalousie, l’enfance, la vieillesse. Sur la musique, les danses, les coupes de cheveux. Sur les milliers de détails d’une vie qui a disparu. ».

“ Dans les esprits, un virage à cent-quatre-vingt degrés. Certains l’ont pas supporté, les hôpitaux psychiatriques étaient pleins à craquer. Il y en avait qui criait : « Je suis Staline ! Je suis Staline ! » Et un autre : « Je suis Lénine ! Je suis Lénine ! » Boris Poglazov, 40 ans

“ Mon plus beau souvenir d’enfance, c’est le défilé militaire sur la place rouge avec papa. Je suis sur ses épaules, un ballon rouge au poignet, dans le ciel au-dessus de moi, il y a d’immenses portraits qui dé lent, Lénine, Staline, Marx. Des guirlandes, des grappes de ballons, rouges, bleus, jaunes. Le rouge c’est ma couleur préférée, le rouge de la Révolution. » Margarita Pogrebitskaïa, médecin, 57 ans

RENCONTRE

avec les artistes après le spectacle

CINÉMAGE

au Morvan
plus d’info en cours de saison sur www.cinemage.eu

 


Crédits photo : Nicolas Martinez

distribution

adaptation et mise en scène Emmanuel Meirieu | traduction Sophie Benech avec Stéphane BalminoEvelyne Didi, Xavier Gallais, Anouk Grinberg, Jérôme Kircher, André WilmsMaud Wyler | musique Raphaël Chambouvet | costumes Moïra Douguet | lumières, décor, vidéo Seymour Laval, Emmanuel Meirieu | son Raphaël Guénot

productions

production Le Bloc Opératoire, La Criée 
coproduction Les Gémeaux Scène Nationale de Sceaux, L’arc Scène Nationale du Creusot, Châteauvallon Scène Nationale, Les Théâtres, Théâtre National de Nice,  Dieppe Scène Nationale.
La compagnie Bloc Opératoire est conventionnée par la DRAC Rhône-Alpes, avec le soutien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et de la Ville de Lyon

Tarifs

normal 20€
réduit 16€
réduit + 14€
- 12 ans 10€
+ abonnés et groupes

Infos pratiques

durée : 1h40 

A télécharger

Sur le web

Partager