Menu
MON COLONEL

théâtre

MON COLONEL

LAURENT CLARET - PHILIPPE DEFOSSE-HORIDGE

Mardi 21 et Mercredi 22 mai

mardi 21 mai 20h30 à Bourbon-Lancy - Espace culurel Saint-Léger
mercredi 22 mai 20h30 à Neuvy-Grandchamp - salle des fêtes

D’après les lettres du Lieutenant Bertrand au Colonel Claret (1915-1919)
C’est l’histoire d’une amitié soigneusement conservée depuis plus de 100 ans. C’est un petit bout de la Grande Guerre. L’histoire d’un homme pris dans la tourmente de l’Histoire. C’est dans la maison paternelle que l’acteur a retrouvé plus de 40 lettres adressées à son illustre arrière grand-père : le colonel Émile Claret. Dans cette correspondance, la mémoire du lieutenant de cavalerie se déploie, toute en pudeur et clairvoyance, sur la rythmique grondante du basson.

« En rangeant les affaires de mon père décédé, j’ai retrouvé une quarantaine de lettres adressées à mon arrière grand-père Emile Claret, colonel de Dragons, écrites par un de ses lieutenants, entre 1915 et 1919. Ces lettres retracent pas à pas le parcours chaotique de cet homme, du front vers l’arrière. Elles mettent en lumière la fracture d’un monde ancien, où l’on combattait à cheval et au sabre, et l’avènement d’une terrible guerre industrielle où l’homme est devenu de la chair à canon. Elles reflètent aussi l’histoire d’une défaite intime, de la désillusion d’un soldat pris dans la tourmente d’un conflit qu’il n’aurait jamais pu imaginer. Elles témoignent enfin, avec une rare lucidité, de l’état de la France dans l’immédiat après-guerre, de la mascarade de la toute nouvelle Société des Nations, et des humiliations infligées par les vainqueurs aux Allemands.» Laurent Claret

« …C’est avant tout la parole du lieutenant Bertrand qui est mise en exergue, adressée à Mon Colonel et portée par l’enthousiasme et la santé de l’acteur et concepteur du spectacle Laurent Claret, l’arrière petit-fils du fameux colonel. » Véronique Hotte – Hottello

« …Une petite pièce intimiste qui nous en dit long sur les débuts de notre monde moderne. » Michal Bleibtreu Neeman - Epoch Times

Partager